Mercredi des Cendres

Le Mercredi des cendres est le premier jour du Carême, cette période de 40 jours qui nous sépare de la Semaine sainte et de Pâques.

Les cendres viennent des rameaux de l'an passé qui sont brûlés et recueillis dans un vase. Elles sont imposées sur le front en signe de pénitence: "Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle".

Cette pénitence n'est pas la reconnaissance de l'accumulation de nos fautes, mais la reconnaissance que notre coeur s'est détourné de Dieu.

Cette pénitence invite au regret de toutes les influences qui peuvent entraver notre marche vers la plénitude de la vie.(St Jean-Paul II) 

Les cendres marquent aussi la fragilité de l'homme, et son passage éphémère sur la terre: "Tu es poussière et tu redeviendras poussière".

                                                ωωωωωω

Mercredi 1 Mars à 19h30 aura lieu à l'église de Saugnac, la messe des Cendres, suivie par le pain partagé au profit d'un dispensaire en Arménie.

                                               ωωω

                                                    Dans le secret du coeur

Le carême marque le moment où il nous faut rentrer en nous-même. C'est un temps d'intimité particulière avec Dieu dans le secret du coeur et de la conscience. C'est dans cette intimité intérieure avec Dieu que s'accomplit l'oeuvre essentielle du carême : le travail de conversion.

Et dans ce secret intérieur, dans cette intimité avec Dieu dans la pleine vérité du cœur et de la conscience, résonnent des mots comme ceux du psaume de la liturgie d'aujourd'hui, l'une des confessions les plus profondes que l'homme ait jamais faite devant Dieu :
« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
dans ta grande miséricorde, efface mes torts.
Lave-moi tout entier de ma faute,
      et de mon péché, purifie-moi.  

Oui, je reconnais mes torts,
j'ai toujours mon péché devant moi,
 Contre toi, et toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait » (Ps 50,1-6).

 Ce sont des mots qui purifient, des mots qui transforment. Ils transforment l'homme de l'intérieur. Récitons-les souvent pendant le carême. Et surtout, essayons de renouveler cet esprit qui les anime, ce souffle intérieur qui a justement donné à ces mots une force de conversion. Car le carême est essentiellement une invitation à la conversion. Les œuvres de piété dont parle l'Évangile d'aujourd'hui ouvrent la route à cette conversion. Exerçons-les autant qu'il est possible. Mais en premier lieu, cherchons à rencontrer Dieu intérieurement dans toute notre vie, dans tout ce dont elle est faite, pour arriver à cette conversion en profondeur dont est plein le psaume pénitentiel de la liturgie d'aujourd'hui.  

St J.Paul II



                                              Cendre

                                                   J'ai tout reçu de Toi,

                                                  O Seigneur!
                                           La lumière qui illumine,
                                            Le feu qui réchauffe,
                                             L'eau qui fait vivre,
                                     Le pain qui permet de grandir,
                                     Et la vie... La merveilleuse vie!
                                   Aujour'hui, je regarde cette vie...
                               A qui ai-je proposé la lumière confiée?
                              A qui ai-je apporté le feu qui réchauffe?
                                Qu'ai-je fait du pain à partager?
                             Ai-je laissé couler l'eau qui redonne vie?
                                  Aujourd'hui, je me sens cendre.
                                     Aide-moi, Seigneur,
                            A faire de cette cendre une terre fertile. 
                                                                      Glem