Mardi 17 juin St Pandelon- Eglise- 20h15-21h15

taiz 2         Taizé 
Fr Roger disait : « Quand l’église écoute, guérit, réconcilie, elle devient ce qu’elle est au plus lumineux d’elle-même : limpide reflet d’un amour ». Aujourd’hui, dans le monde entier, le nom de Taizé évoque paix, réconciliation, communion, et l’attente d’un printemps de l’église.

Le mardi 16 août 2005, Frère Roger à été égorgé pendant la prière du soir, en présence de 2.500 jeunes recueillis.
"Une mort invraisemblable pour cet homme de la réconciliation. Mais qui connaît le mystère du mal sinon Jésus, lui qui est mort d’une mort aussi imméritée ? Fr.Roger n’a rien laissé de concret. Il a fondé une parcelle d’humanité, avec les mots de tous." (B.FRAPPAT-La Croix 27/08/05)
Frère Alois devient alors le nouveau prieur.  Dès les premiers mois de son nouveau ministère, frère Alois, accompagné d’autres frères, est allé rendre des visites : au Pape Benoît XVI, aux Patriarches orthodoxes de Constantinople et de Moscou, au Conseil œcuménique des Églises, et à l’Archevêque de Canterbury. Par ces visites il veut montrer la communion entre les chrétiens, contribuer à donner une visibilité plus grande à la communion qui, dans le Christ, existe déjà entre tous les baptisés.

Les milliers de jeunes du monde entier qui déferlent à Taizé «avec la régularité des vagues» depuis plusieurs décennies sont de toutes sortes de dénominations religieuses. Peu importe ! Ils trouvent à Taizé ce qu'ils viennent y chercher : un accueil respectueux de leurs croyances et cette prière en commun, très simple et très rythmée, qui les unit les uns aux autres. Aux sources de la foi, ils cherchent à découvrir un sens à leur vie et se préparent à prendre des responsabilités là où ils vivent.

La prière commune est simple : chants brefs, repris longuement et qui, en peu de mots, disent une réalité peu à peu intériorisée par toute la personne. Le silence permet à chacun de rencontrer Dieu. Fr.Roger nous dit : « Rien ne porte tant à la communion avec le Dieu vivant qu’une prière commune méditative. Elle est une force sereine où se puisent les énergies qui font tenir l’homme debout. » 

Site de Taizé