L'oraison
QUELQUES CONVICTIONS DE BASE

  * L'oraison est essentiellement un temps consacré à Dieu.

                        * Dieu nous aime tels que nous sommes.

           L'oraison, c’est cette relation intime avec mon Père qui m'aime. Dans le silence et la foi, je deviens attentif à cette présence simple et aimante.

           Cette relation m’est révélée par Jésus : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure » (Jn 14, 23). Par l’oraison, je descends au plus profond de moi-même, pour y sentir la présence du Père : car c’est là qu'il agit. Il me parle, et seulement alors, Je lui parle. Mais avant de parler à Dieu, j’écoute et j’accueille sa Parole. Je la laisse résonner en moi.

           Jean Paul II disait : « Nos communautés chrétiennes doivent devenir d'authentiques écoles de prière ». La prière d'oraison n'est donc pas réservée aux seuls prêtres, religieux, moines et moniales. C'est une école de prière pour tous les baptisés. Son but, c'est l'union avec notre Père. Loin d'être en perte de vitesse, l'oraison connaît un fort regain d'intérêt chez les laïcs.

           On ne fait pas oraison quand on a le temps : on prend le temps d’être là uniquement pour le Seigneur.

........................................................................................................................................................................................................................................................................................

           Je dis à Dieu : -Sais-tu, Seigneur, la nausée de nos jours loin de toi ?
                  Sais-tu le ciel vide au-dessus de nos têtes ?
                       Sais-tu nos vains appels dans la brise du soir ?

         - Et toi, me répondit Dieu, sais-tu les trésors de consolation dont vous ne voulez pas ? 
                                                                                                     
                                                                                        (Lytta Basset)